La Colère du Tigre

Clémenceau, un géant de la politique face à Claude Monet, un géant des arts. Ils sont amis de longue date et passent quelques jours ensemble au bord de l’Atlantique.
Deux caractères bien trempés, deux hommes à l’ironie bien connue, que l’âge n’a pas rendus plus sages qui s’affrontent et se confient, sous l’œil vigilant de la bonne et sous le regard admiratif et tendre de l’éditrice de l’ancien Président du conseil.
Clémenceau reproche à Monet de retarder sans cesse la livraison des « Nymphéas », que l’Orangerie est prête à accueillir, grâce à ses interventions.
Pire, Monet a détruit des toiles de nymphéas dont il n’était pas satisfait.
Une occasion pour le Tigre de piquer l’une des colères les plus célèbres de l'Histoire.

Catégorie :

Description

La pièce de Philippe Madral s’inspire de l’histoire des « Nymphéas » et de l’amitié et l’admiration que se vouaient Clémenceau et Monet. A la fin de la 1ère Guerre mondiale, afin de témoigner sa reconnaissance à Clémenceau, Monet lui annonce qu’il lègue à l’Etat deux grands panneaux de la série « Les Nymphéas ». Clémenceau le convaint à son tour de donner plus de panache à ce projet en offrant une grande fresque de plusieurs toiles qui serait installée dans un lieu spécialement conçu pour elles et ouvert au public.

La construction du bâtiment démarre, les travaux avancent mais les toiles de Monet se font attendre. L’artiste a de plus en plus de mal à travailler, atteint par une cataracte. « La colère du Tigre » évoque ce moment où Clémenceau tente de faire entendre raison à son ami et le pousse à honorer sa promesse.
En fait, il faudra attendre la mort de Monet en décembre 1926 pour que les huit éléments en 22 panneaux des « Nymphéas » soient installées à l’Orangerie où Clémenceau les inaugura le 17 mai 1927.

Un moment d’histoire et d’histoire de l’art, servi par les talentueux Claude Brasseur et Yves Pignot.

De Philippe Madral
Avec Claude Brasseur et Yves Pignot
Mise en scène de Christophe Lidon

©Eglantine

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La Colère du Tigre”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *